La huitième vie de Nino Haratischwili

couv21527684

Géorgie, 1917. Stasia, la fille d’un chocolatier de génie, rêve d’une carrière de danseuse étoile à Paris lorsque, à tout juste dix-sept ans, elle s’éprend de Simon Iachi, premier-lieutenant de la Garde blanche. La révolution qui éclate en octobre contraint les deux amoureux à précipiter leur mariage.

Allemagne, 2006. Niza, l’arrière-petite fille de Stasia, s’est installée à Berlin depuis plusieurs années pour fuir le poids d’un passé familial trop douloureux. Quand Brilka, sa nièce de douze ans, profite d’un voyage à l’Ouest pour fuguer, c’est à elle de la retrouver pour la ramener au pays. À la recherche de son identité, elle entreprend d’écrire, pour elle et pour sa nièce, l’histoire de la famille Iachi sur six générations.

battement-de-coeur.jpgnkk

Je remercie à Netgalley et les Editons Piranha qui m’ont permis de découvrir La Huitième vie. 

La Huitième vie est l’histoire d’une famille sur 6 générations mais surtout la  recherche identitaire de deux personnages.

A travers ce récit, Niza raconte à sa nièce, Brilka, leur histoire. Nino Haratischwili nous offre ainsi une réflexion sur le fait que chacun de nous provoquons notre propre destin mais aussi celui de l’Autre.

Il est difficile de parler avec efficacité de La huitième vie, tant ce livre est dense, pleins de détails, de faits, et de personnages.  Mais j’ai vraiment apprécié ce livre pour plusieurs raisons. Dans un premier temps parce que l’auteur mélange des faits historiques et romanesques. J’ai aimé apprendre des éléments qui m’étaient alors inconnus. En effet, on parle rarement des pays de l’Est pendant la seconde guerre mondiale, et cela a été un réel plaisir d’en découvrir un peu plus sur ce moment là de l’Histoire.

De plus, l’auteur nous peint une histoire qui nous chamboule au plus profond de notre être. Je me suis de nombreuses fois retrouver en larmes partageant avec chaque personnages leur détresse, leur souffrance. Je me sentais complètement perdue, ne comprennent pas comment la vie pouvait autant s’acharner sur une même famille. 6 générations, 6 générations de souffrance, de détresse. Une vraie malédiction. Les erreurs et les souffrances sont répétés inlassablement…Jusqu’a ce qu’à ce que ces personnages comprennent qui ils sont et le plus important d’où ils viennent…

J’ai passé un très bon moment en compagnie de La Huitième vie. Ce livre  mérite d’être découvert !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s